Le 16 novembre 2010, l’Unesco a inscrit le repas gastronomique des Français sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Cette reconnaissance est l’aboutissement d’un projet porté par la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA) et ses partenaires.

Le « repas gastronomique des Français » est une pratique sociale ritualisée destinée à célébrer les moments les plus importants de la vie : naissances, mariages, anniversaires, succès, retrouvailles… C’est un repas festif dont les convives pratiquent, à cette occasion, l’art du « bien manger » et du « bien boire ». Le repas gastronomique met l’accent sur la convivialité, l’humanisme de la table et le « vivre ensemble ». Banquet, repas familial, « gueuleton » entre amis, déjeuner d’affaires… : le repas gastronomique prend des formes variées qui, toutes, contribuent au renforcement des liens sociaux.

Le repas gastronomique des Français repose sur le choix attentif des mets parmi un corpus de recettes qui ne cesse de s’enrichir, sur l’achat de produits du terroir à haute valeur culturelle, sur la mise en œuvre de recettes permettant de mêler harmonieusement les saveurs, mais aussi sur le plaisir de cuisiner ensemble, d’échanger et de transmettre des savoirs et des savoir-faire, y compris d’une génération à une autre. Au cours du repas gastronomique des Français, l’on marie plats et boissons, sur une table dont la décoration et l’agencement ont été soignés et autour de laquelle les convives adoptent une gestuelle spécifique au moment de déguster (humer et goûter ce qui est servi par exemple). Ces « gastronomes éclairés », qui font usage de tous leurs sens, préservent la mémoire et veillent à la continuité de ces rites : ils contribuent ainsi à la transmission d’une pratique festive et populaire.

Le repas gastronomique des Français n’est donc pas un concept élitiste. Il n’est pas non plus un positionnement méprisant à l’égard des autres cultures culinaires du monde. Ce n’est pas non plus un « signe de qualité » ni un « label » qui figerait des pratiques.

La France s’est engagée, en sollicitant la reconnaissance de son repas gastronomique par l’Unesco, à promouvoir et à valoriser ce bien immatériel, notamment à travers la création d’un réseau des cités de la gastronomie où Dijon tient un rôle majeur, en portant notamment la dimension vineuse du repas.

EN SAVOIR PLUS